/home > beurette cochonne > page1 bonasse arabe et chatte frisee du maghreb

Randonnée rifaine dans les fentes harissas de kabyles qui crapahutent leurs sièges à la turc dans les oasis de banlieue. Pour une intervention priapéenne dans la péninsule arabique d'une bédouine aux croissants de lune en combustion, fricassée de pois chiches dans le golfe persique d'une levantine à la rose des vents détendue par un ali baba zoneur. 0▼1▲

Des byzantines se font chevaucher les pastèques par des méharistes à la brochette expansible dans un trekking saharien de la guitoune. Chatte gardée pour ces fatmuches qui se font composter exclusivement le verso par une bande de caïds. Méchoui des milles et un zobs entre les dunes de chamelles qui séquestrent leurs chéchias dans leurs oasis pelviens. 0▼1▲

Cavalcades sur des pouliches alezanes qui entrouvrent leurs jarres chamarrées à des blédards au tchibouk ignescent pour une méharée levantine. Un beur à la colonne sarracénique charge la tente bédouine d'une femme maure pour des orientaleries sur moquette persane. Des maghrébines empalent leurs nèfles jasmins sur les zobs pachalesques de rappeurs cagoulés dans des extraits xxx en streaming ne traitant que de chouettes tunisiennes portées sur la chose. 0▼1▲

C'est la zone dans les touffes laineuses de princesses berbères qui se font tisonner par les merguez d'orientalistes frétillantes devant les courbures de maghrébines gidouillardes. Ca mijote dans les aubergines farcies de plantureuses tunisiennes qui pétrissent de leurs menottes au henné les pois chiches saturés de loustics et se font emboutir par de massives courgettes dans des méchouis pubiens crépus d'orientales baisées jusqu'à plus soif. 0▼1▲

Cette almée rondelette ne fera qu'une bouchée de tes bijoux de famille harponnés pour un méchoui entre ses entre-cuisses. Dindes persanes à accès restreint se pavanent sur les paraboles à géométrie variable pour des intromissions arrières sans modération. Baise à la médina où des odalisques se font queuner à la berbère par d'épais souvlakis. 0▼1▲

Des marocaines poussives tanguent leurs bas-ventres et se font cocher par des gaillards aux tringles d'airain qui leur irriguent l'oued dans des limages hoquetants. S'acagnarder en traversant la zone de turbulences de fatmas qui croupionnent, avec leurs braseros sous les djellabas elles s'empalent sur les cylindres basanés de caravaniers venus se débonder. Le pire c'est que leurs mecs les filment dans leurs vicissitudes sexuelles. 0▼1▲

Des sultanes embrasées ventilent leurs vasques vénéneuses, ces allumeuses belinent avec des fricoteurs aux houkas durcis et se font farcir orientalement leurs croissants aux éponges mielleuses. Des égyptiennes habillent de leurs rhizostomes encensés les troncs pyramidaux de mâles qui les tambourinent assidument. C'est la tournée des falafels bien raides le tout mâtiné de sauce blanche pour décorer les fesses de maghrébines qui tambourinent les vits de leurs déhanchés. 0▼1▲

Dans le tangage des croupes d'odalisques il est facile de perdre les pédales, sous les moucharabiehs les chattes arabiques se tortillent empalées sur des houkas dressés comme des dattiers entre leurs pilons basanés. Dans les loukoums bien serrés de marocaines chaloupantes accrocheuses de burnes, c'est le paradis pour les chachliks qui les ramonent dans un ressac safrané. Elles ont de bons boules adipeux et leurs culottes de cheval est alimentée par des pâtisseries orientales bien trop riches en sucre. 0▼1▲

Femmes bédouines font dériver leurs popotins mafflus et chevauchent en pharaonnes les colonnes démontées de sbires venus se faire éponger les chaougas dans leurs sillons oasiens. De la beurette opulente qui a le goût du vice embarque dans sa foufoune bien garnie les queues ophidiennes de mameluks pour des cavalcades mauresques. 0▼1▲

Franchir la datte froncée d'une beurette embabouchée, le paradis pour les zobs baroudeurs. Sous les sarouels de levantines, un incendie couve que vient priapiser les lance flammes capricants de zigues galvanisés par ces vulves confites. Une caravane de fellahines se fait colmater leurs bazars mielleux par de corpulents teubs qui les liment jusqu'à la garde. 0▼1▲

Un primate velu charge la casbah en orteil de chameau d'une marocaine avec son appendice en bandaison qui lui laboure le loukoum, elle a la baraka cette enjôleuse orientale qui concasse dans ses menottes les glaouis de meneurs de bande débordant de testostérone. Le jogging déroulé de Samira la maghrébine qui laisse entrevoir une figue esculente à composter rapido-presto dans son tout premier extrait x. 0▼1▲

Un taurin nanti d'un sceptre titanesque houspille la vasque ottomane d'une plantureuse houri qui oscille son train mafflu sur ce surgissement flexible. Cette sauterelle berbère à la figue juteuse est une bâfreuse invétérée d'agobilles, elle raffole de se faire biner par les crosses convulsionnaires de caïds qui lui braquent les miches ouvertes à tous les vents du désert. 0▼1▲

C'est le souk dans les conques musquées de marocaines qui acoquinent leurs croupes nonchalantes aux chibouques de bourrins ensorcelés par la chatte levantine. Voilà une beauté du désert encline à conserver son berlingue qui se laisse culbuter seulement pour un compostage arrière par des roméos de banlieue chaloupant leurs entrejambes puissamment lestées. 0▼1▲

Une paire de pastèques damnantes chaloupe sous le survêt d'une beurette et déclenche au passage les troisièmes jambes de pachas qui s'empressent de décharger dans son abricot fendu devenu une oasis à sperme. De la chamelle nord-africaine au radoub bien achalandé se jette sur les brochettes congestionnées de tringleurs venus retrinquer du nombril avec des sultanes algériennes. 0▼1▲

On ne pédale pas dans la semoule avec ces femmes arabes. Quand des marocaines plutôt portées sur la chose chopent une grosse corne de gazelle dans leurs fessiers opulents, c'est chaque soir les mille et une nuits sur les divans des califes des cités. De la beurette certifiée garce échappée de la casbah, sans pudeur aucune va se prendre plusieurs bites d'affilée dans des vidéos pornographiques cochonnes de bringues orientales prisent à même sur le tapis persan. 0▼1▲

1 2